Recherche :  


La prévention de la maltraitance réduit le risque de délinquance juvénile et de criminalité, indiquent les experts présents à une conférence internationale à Montréal

Montréal, le 5 septembre 2003 - Les experts qui se sont prononcés lors d’une conférence internationale sur la maltraitance, à Montréal, cette semaine, ont souligné l’importance d’une intervention précoce et d’un soutien à la famille pour prévenir non seulement l’abus et la négligence à l’égard des enfants, mais également le risque de problèmes de comportement, de délinquance et de criminalité chez ces enfants.

« Les résultats des études indiquent que la négligence et l’abus à l’égard des jeunes enfants peuvent mener à des résultats scolaires désastreux, à des relations sociales difficiles, à des problèmes de santé mentale, à une disposition accrue à consommer du tabac et à prendre des drogues, et à des comportements violents et criminels », déclare Richard Tremblay, professeur à l’Université de Montréal et directeur du Centre d’excellence pour le développement des jeunes enfants. M. Tremblay ajoute : « Une intervention qui vise à prévenir la maltraitance à l’égard des jeunes enfants peut réduire le risque de voir ces problèmes se développer. »

Selon John Eckenrode, professeur au Department of Human Development de la Cornell University, une intervention précoce, telle que l’utilisation d’un programme de visite à la maison, peut réduire le nombre de cas de maltraitance. « Des visites à la maison effectuées par des infirmières avant et après la naissance peuvent réduire le risque de maltraitance ainsi que les problèmes de comportement chez les enfants et les adolescents nés dans des familles à risque », explique M. Eckenrode.

Par ailleurs, les résultats du programme néo-zélandais Early Start présentés par David Fergusson, professeur à la Christchurch School of Medicine, démontre que les programmes de prévention ont des effets bénéfiques sur la santé des enfants ainsi que sur le traitement de la dépression maternelle. « Les familles qui ont eu accès au programme Early Start ont eu de meilleurs résultats en ce qui a trait à l’éducation préscolaire, la sécurité à la maison, la dépression maternelle et le risque de maltraitance envers les enfants que les familles qui n’ont pu bénéficier de ce programme. »

« Le besoin de programmes et de services adéquats pour prévenir la maltraitance est incontestable, affirme Richard Tremblay. Une intervention précoce auprès des familles à risque permet de prévenir l’abus et la négligence à l’égard des enfants de façon efficace et donc de réduire le risque de problèmes sociaux futurs beaucoup plus coûteux. Malgré cela, la plupart des ressources sont réservées pour aider les enfants après qu’ils ont été maltraités. »

La maltraitance à l’égard des jeunes enfants est l’un des plus grands problèmes sociaux aujourd’hui. En 1998 seulement, on a mené près de 135 573 enquêtes sur des cas de mauvais traitements au Canada. Près de la moitié de ces enquêtes se rapportaient à des cas corroborés .


Source :   Centre d’excellence pour le développement des jeunes enfants
Renseignements :  Gabrielle Collu
Tél. : (514) 844-7338
Cell. : (514) 943-6557
collug@videotron.ca





Retour à la page d'accueil | Commentaires | Recherche

[Dernière mise à jour: 30/04/2018]